Le parti socialiste Costarmoricain se joindra aux cortèges pour la défense de l’Education Nationale le 24 janvier

Les réformes Blanquer maltraitent et méprisent l’école, aussi bien le personnel que les élèves.

Cela fait plusieurs mois que les socialistes sont vent debout contre les différentes réformes de l’Education Nationale en estimant que la réforme du lycée et que parcours sup ne sont, ni plus ni moins, que la création d’une éducation de castes où il faut être bien né et au bon endroit. Le défenseur des droits vient de nous donner raison, à nous et aux syndicats, en mettant en garde le gouvernement.

Les réformes mises en place ont pour objectif , bien entendu de faire des économies : moins d’enseignants ( 101 équivalents temps plein disparaissent à la prochaine rentrée dans les lycées bretons), moins d’AESH, diminution du nombre d’heures face aux élèves, sans compter les salaires qui sont parmi les plus bas en Europe. Tout est dit : en un mot mépris de la profession et des élèves.

Oui, c’est l’avenir des élèves qui est en jeu avec ce bac à la carte, à la carte géographique d’abord car nos campagnes ne pourront offrir les même options qu’en ville, et donc les mêmes chances, à tous. Parcours sup, la sélection post bac, a déjà montré ses limites. En plus de faire vivre un calvaire d’incertitude aux élèves sur leur avenir, ce sera le lycée ou ils ont été scolarisés qui aura plus d’importance que leurs résultats.

Nous pouvons bien parler d’éducation de classe ou de caste qui paupérise et méprise son personnel, et qui supprime toutes chances et perspectives à certains élèves au mépris de leurs capacités.